Dimanche 24 Septembre 2017  -  14h29  

       A découvrir sur N64
       Accès Rapides

   Accueil

   Emulateurs

   Plugins

   Roms N64

   Jeux N64

   Boites 3D / Box-Art

   Textures HD

   Hacks / Traductions

   Manuels

   Tests / Vidéo-Tests

   Vidéos

   Dossiers & Tutos

   Tournois

   Concours

   Quiz N64

   Mini-Jeux N64

   Challenges N64

   Sondages

   Classement Trophées
Le saviez-vous ?

La première apparition de Banjo en tant que personnage jouable s’est faite dans Diddy Kong Racing.
Test : Legend of Zelda, The - Ocarina of Time
Développeur : Nintendo EAD - Éditeur : Nintendo - Sortie : 11 décembre 1998


Après près de six années de développement acharnées, Shigeru Miyamoto nous sort un des meilleurs jeux de la console et même de toute la saga. Baptisé d'abord Zelda IV puis Zelda 64, Ocarina of Time arrive en cette période faste de Noël 1998 après dix sorties repoussées, où les joueurs et même toute la presse spécialisée reconnurent unanimement le fabuleux travail du créateur.

Un travail d'orfèvre

Après un Zelda III sur Super Nintendo des plus féeriques, on en attendait beaucoup de sa suite qui selon Nintendo, "allait apporter les plus grandes innovations de la série depuis sa création". Le changement qui aura sauté aux yeux de tous les joueurs est évidemment le moteur graphique, en trois dimensions pour l'occasion. Le Mode-7 et le 2D cèdent leurs places, et beaucoup de fans incontestés craignent une dénaturation de l'univers déjà mis en place.

Eh bien, ces peurs ne sont pas fondées puisque tout a été méticuleusement transposés à l'identique ; même le nouveau moteur du jeu a apporté de nouvelles fonctionnalités et surtout une ambiance plus "Zeldatesque" que jamais ; dès le début de notre nouvelle partie, on est happé par le monde de la forêt Koriki, où Link se réveille au milieu de petites maisons avec ses compagnons. Un instant magique et les connaisseurs de la série retrouveront rapidement leurs marques.

La 3D a instauré des graphismes très détaillés pour l'époque, Ocarina of Time en mettait plein les mirettes en 1998. Avec peu de ralentissements et surtout une assez grande profondeur de champ - même si le brouillard et l'effet de flou inhérents à la quasi-majorité des jeux de la console étaient toujours d'emblée. On peut dire sans aucun regret que l'équipe de Miyamoto a accompli l'objectif de convertir avec brio l'univers complexe de la série sur une nouvelle console 3D.

Une maîtrise absolue du sujet

Tous les protagonistes de l'histoire répondent présents, dont la légendaire princesse Zelda et le méchant Ganondorf. Aussi, et contrairement à A Link to the Past (le précédent opus canonique), on rencontrera nombres de personnes, au nombre de 500, soit un peu plus du double, ce qui est non-négligeable. Du coup, des quêtes annexes seront présentes et vous permettront de gagner des rubis (la monnaie du jeu) voire des items cachés et rares. Je ne peux que vous conseiller de réaliser ces objectifs secondaires car ils rallongent jusqu'à 25 heures la durée de vie du soft, vous en verrez du pays !

En parlant d'environnement, Link traversera une quinzaine de lieux, aussi différents que gigantesques. Là où sur les épisodes 8-16 bits on pouvait constater des "téléportations douteuses", sur Ocarina of Time c'est le contraire ; vous devrez enjamber des kilomètres de terrain avant de pouvoir atteindre le lieu désiré (deux conseils : regardez bien la carte et prévoyez des bouteilles d'eau) ! Mais heureusement, à un moment de l'aventure, vous aurez un destrier pour vous épauler dans votre quête principale, d'une part pour aller plus vite mais aussi pour éviter pas mal d'ennemis. Le bestiaire a été revu, on retrouvera la plupart des ennemis des Zelda avec quelques nouveaux. Ne vous inquiétez pas, des boss font leur apparition et chacun se verra attribuer des techniques diverses et variés, comme quoi il faudra faire preuve de stratégie et de ruse pour pourfendre le mal. L’ocarina du temps apporte aussi sont lot mystère et de découverte, avec des thèmes qu’on se surprend à siffloter, une fois la console éteinte.

Le lutin vert parcourt le temps

J'interviens sur le gameplay du jeu : ahurissant est le mot qui convient. D'une part tous les mouvements ont été repris en 3D, mais chacun ont été amélioré. De l'autre, la manette trident de la N64 est totalement bien exploitée, ce qui renforce notamment le confort de jeu. Le système de visée est la véritable innovation de la maniabilité d'Ocarina : le bouton arrière Z de la manette permet de tourner Link à 360° autour d'un objet, d'un élément du décor, d'un ennemi ou personnage. Au final, ce qui était un des petits points noirs des anciens épisodes - une visée manuelle et difficile - a été corrigé et a même le luxe d'inspirer de futurs jeux.

Link possède une palette de mouvements utiles dont l'éternel attaque d'épée, se protéger avec le bouclier, les sauts, grimper etc. Cela peut paraître anodin mais il faut réaliser que même Link est un élément décisif du jeu, et de son scénario. Je vous raconte juste des bribes de l'intrigue : l'arbre Mojo, qui est le protecteur de la forêt Koriki, appelle Link. Ce dernier avant de s'éteindre, lui fait remarquer qu'il est différent des autres enfants de la tribu et que son destin le mènera à sauver Hyrule d'un vil cavalier du désert qui désire s'emparer d'un bien alors gardé depuis des centaines d'années. Le petit être vêtu de vert devra rencontrer la princesse Zelda pour lui remettre une pierre ancestrale. Celle-ci lui demande de ramener deux autres pierres qui permettront de desceller la porte du temple du temps à l'aide de l'ocarina du temps. Derrière cette porte, repose l'épée de Légende qui fera de Link, projeté dans le temps grâce à elle et équipé de l'ocarina, le héros du temps.

Là où des jeux font intervenir un protagoniste lambda sans réelles implications, Link sera la pièce maîtresse du jeu. On parcourra le monde d'Hyrule à deux époques différentes, à volonté grâce à cet ocarina. Du coup, Link enfant et Link adulte auront des mouvements spécifiques que l'un pourra faire et l'autre non (et vice-versa). L'environnement changera en fonction de l'époque, selon l'intrigue et vos actes. Un exemple concret : plantez une graine lorsque vous êtes enfant, et vous aurez l'occasion de trouver un arbre quand vous serez majeur. L'immersion est d'autant plus grande et le plaisir de jeu est renforcé par une réelle conséquence de nos faits et gestes.

Le meilleur jeu de tous les temps ?

Ocarina of Time approfondit tout ce qui a contribué au charme de la série, mais hélas on peut remarquer quelques carences ici et là, qui ont toujours existé ou dont les innovations font apparaître de nouvelles. Le moteur graphique est l'un des problèmes constatés : l'univers en passant en trois dimensions ne s'est pas fait sans heurts, et quelques bugs de collisions et d'approximations sont à signaler. Il sera possible de voir Link bloquer quelquefois dans certains décors, de mourir à cause de la caméra mal placée ou d'un saut mal ajusté. Aussi, la taille exponentielle du soft se fait au détriment du brouillard un peu trop présent à certains moments et de quelques ralentissements, notamment sur la plaine d'Hyrule.

Si on juge par rapport à nos jours, le titre a quelques peu vieilli : Ocarina of Time est légèrement moins aboutis qu’un Jet Force Gemini ou un Majora's Mask techniquement. Mais on pardonnera ses carences techniques inhérentes à la console (flous des textures, peu d'effets spéciaux) bien qu'à sa sortie Ocarina était une petite claque.

Aussi, on pourra regretter la trop forte similitude entre Zelda III : A Link to the Past et ce dernier ; le scénario a été repris à l'identique, l'univers est très proche, la plupart des mouvements sont les mêmes... beaucoup de joueurs ont dénommé ce Zelda comme une simple transposition de l'opus SNES à la N64. On ne peut pas réfuter cette possibilité : Nintendo et même le créateur des Zelda ont reconnu cette facilité, mais force de reconnaître que cette épisode N64 reprend à merveille tout ce qui a contribué à son succès, là où pas mal de jeux ont échoué à cause de la 3D (la série des Sonic entre autres).

Soit, le jeu était tellement féérique en son époque que certains l'ont même attribué le motif de "meilleur jeu de tous les temps". Mon avis personnel ? Oui et non : Oui car Ocarina of Time a réussi à récréer à l'identique tous les ingrédients de la série, en approfondissant le gameplay et l'ambiance du jeu et jamais un jeu n'a été aussi long, bien réalisé - remettons-nous au contexte en 1998 je le rappelle. Non car je pense que ce n'est qu’une simple réinterprétation du 3ème épisode : tout ressemble excepté la représentation graphique. Ocarina of Time est certes bien réalisé mais selon moi il n'y a que ça de véritablement innovant. On peut penser aussi que je suis fidèle à l'univers 2D de Zelda III, auquel je suis trop attaché ? Eh bien, je ne peux pas vous donner tort mais vous aurez compris que ceux qui n'ont jamais connu cet opus ne sauront jamais pourquoi.

L'épisode N64 a été le plus vendu de la saga car il proposait un univers enchanteur, captivant et intéressant, mais la plupart des acquéreurs du soft ont débuté les Zelda avec cet Ocarina of Time. Par conséquent, A Link to the Past et même les précédents leurs sont étrangers et seuls les vieux de la vieille verront ce 1er épisode 3D comme un simple remake, "un melting-pot de la série".

Olex, le 19 juillet 2009

  Verdict
Graphismes : 17/20

Qui aurait cru qu'à Noël 1998, ce Zelda serait aussi bien réalisée ? Personne. La Nintendo 64 n'a jamais été à cet époque aussi bien exploitée et montrait (enfin) les capacités de cette dernière : graphismes remarquables, animations bien décomposés, univers parfaitement retranscrit de la série. On peut noter quelques bugs de collision, des carences techniques (brouillard, caméra) mais cela reste mineur par rapport au charme graphique du jeu. De nos jours, on peut lui reprocher un léger retrais technique par rapport à ce qui s'est fait plus tard - avec les derniers jeux Rare pour Nintendo par exemple ou même le second opus des Zelda 3D, Majora's Mask.

Jouabilité : 17/20

Reprenant tous les mouvements et en améliorant le confort de jeu, Ocarina of Time a le mérite de proposer un gameplay savoureusement bien exploité. Les boutons de la manette sont bien mis à contribution, Link joue un rôle déterminant dans l'intrigue grâce à la possibilité de modifier le cours du temps. Du coup, on a affaire à deux palettes de mouvements distincts selon qu'on évolue en étant enfant ou adulte. On pourra peut-être regretter les petits problèmes de caméra, mais le système de visée et l’utilisation de l'ocarina du temps, font oublier ces désagréments...

Durée de vie : 18/20

Ce Zelda est certainement un des plus longs de la série. La troisième dimension nous oblige à être d'autant plus vigilants qu'auparavant. De multiples quêtes annexes sont à réaliser, on verra un nombre étoffé d'environnements très différents, au service d'un monde de grande échelle, très plaisant à parcourir. Un élément décisif du soft, à coup sûr, qui vous plongera au moins 40 heures lors de votre première excursion.

Bande son : 18/20

Ocarina innove dans ce domaine, en changeant totalement toutes ses pistes ; peu d'anciennes musiques - à part le thème principal et celui des donjons - ont été reprises et on se retrouve alors confronté à une ambiance musicale inconnue. Heureusement, les craintes sont à exclure, et l'ambiance rejoint l'univers de la série, en mieux. Certaines pistes sont à valoir le détour, celle de la Plaine d'Hyrule et de la Vallée Gerudo en tête. La N64 même en infériorité audio par rapport à ses concurrentes signe là un coup de maître retentissant, même si on peut remarquer une absence totale de voix, remplacée par des onomatopées et des signes d'humeurs.

Scénario : 18/20

Difficile ici d'attribuer une véritable note, car comme précisé auparavant l'intrigue est la même que le précédent Zelda. Si on passe outre cette facilité visible, le scénario a le mérite de proposer pas mal de rebondissements. Le tout est enchanteur, sombre et intéressant mais ceux qui connaissent déjà auront soit une tendance à zapper, soit à une tolérance difficile à assumer tout au long de sa partie, tant ça ressemble - pour ces derniers retirez cinq points à ce critère (soit 13/20). Mais on retrouve l'univers et l'intrigue sans modification péjorative, et c'est le principal.



Intérêt :


Ocarina of Time est la représentation en trois dimensions du précédent opus paru en 1993 sur Super Nintendo, A Link to the Past dont il reprend scénario et univers. Cependant, le jeu ajoute tellement d'innovations en son époque qu'il est absolument féerique, addictif et remarquable tant par sa qualité graphique que ludique et mérite son 19, malgré quelques points noirs mineurs (quelques bugs, brouillard, approximations de la modélisation des décors et personnages). Soit, il est peut-être exagéré de conclure sur le fait que cet opus est le meilleur jeu de tous les temps, mais on sera tous d'accord pour affirmer que ce Zelda est l'un des meilleurs jeux des années 1990, et de la Nintendo 64. À acquérir absolument.

  Commentaires (18)

Magnio : Très bon test, et quel jeu!Quel jeu!!;)

olex : Merci, là j'ai surpassé la qualité d'écriture - et la quantité aussi ^^. J'ai énuméré tous les points du soft, c'est vraiment un bon jeu, il mérite son 19. J'y joue en ce moment et rien n'a changé ! :p

BFrancois : Le meilleur Jeu N64 ;) Merci pour ce super test Olex !

DrHouse64 : Oui pour beaucoup (comme moi) c'est même le meilleur Zelda jamais sorti. Zelda Twillight Princess a beau avoir une réalisation du tonnerre, il ne reste rien de plus qu'un simple Zelda.

berlink : Excellent test.

louisdark : je voudrais l'aisseyer

jestak : peuvent jouer

olex : Je vous laisse consulter ce dossier pour apprendre les bases de l'émulation ;)

Wario. : Mon jeu N64 préféré =) . Merci olex

Link_2408 : Pas mal ce test. Cependant, je le trouve un peu trop subjectif. Et puis, il n'a pas fallu 6 ans mais 4 ans pour réaliser se jeu

tipopot : je sais quil existe la version 2D DE OCARINA OF TIME MAIS sa fais des anner que je le recherche en roms et je ne le trouve pas alors si quelqun le trouve faite moi signe svp

romaric : POUR MOI IL ETAIT AU TOP

windows64 : Un 19 alors qu'il n'y a eu que des 17 et 18...Ce jeu mérite cette fabuleuse note!!!!! . lol . Mais il trop cooooooooooooooooool!!!!!!!!!!!!!!!!Ce jeu!!! .

NARUTO135798 : mais on telecharge ou?!

64best72 : l'apogé de nintendo !!! le 1er zelda 3D que j'adore plus que tout, le 2 (mm) m'a helas rebuté plus qu'autre chose... merci pour ce test très intéressant ;) je vais me le refaire ce jeux aller hop !

Miss 005 : Excellent jeu !!! en même temps c'est pas n'importe quel jeu.... c'est un Zelda quoi !!!! =DD j'aime !!!

benlitzler : j'aime pas la note... moi je metrait un 20!

Ganjacana : Super jeux !

   Ajouter un Commentaire
Merci de vous identifier...
       Membres

   Identifiant :

  

   Mot de Passe :

     

   Mot de Passe oublié !
Devenir Membre
       Dossiers / Tutos (39)

   Changer les Textures de vos Roms N6...

   Jouer en Réseau avec les Emulateurs...

   Utiliser les Plugins Glide64

   Test du GameBooster (Datel)

   Utiliser les Codes Triches avec Pro...

   Histoire de Emulation64.fr

   Test du Passport Plus III (EMS)

   Modifier les Gfx de vos Roms Ninten...

   Test du SS-N64-PS2 Controller Adapt...

   Test de l'Ique Player 64 (Ique)
Tous les Dossiers
       Vidéo-Tests (14)

   Quake 64

   GoldenEye 007

   International Superstar Soccer 2000

   Mario Tennis

   Extreme-G XG2

   Perfect Dark

   Extreme-G
Tous les Vidéo-Tests
       Tests de Jeu (45)

   Dr Mario 64

   San Francisco Rush 2049

   Hexen

   MRC - Multi Racing Championship

   Super Smash Bros

   Conkers Bad Fur Day

   Superman
Tous les Tests
       Notices Scannées (150)

   Star Wars - Shadows of the Empire

   Sin And Punishment

   Mickeys Speedway USA

   F-1 World Grand Prix II

   International Superstar Soccer 64

   Bio FREAKS

   Paper Mario
Toutes les Notices
       Partenaires

   GameTronik.Com

   SyTest.Net
(c) 2001-2017 Emulation64.fr / Emulation64.net