Mardi 26 Septembre 2017  -  02h13  

       A découvrir sur N64
       Accès Rapides

   Accueil

   Emulateurs

   Plugins

   Roms N64

   Jeux N64

   Boites 3D / Box-Art

   Textures HD

   Hacks / Traductions

   Manuels

   Tests / Vidéo-Tests

   Vidéos

   Dossiers & Tutos

   Tournois

   Concours

   Quiz N64

   Mini-Jeux N64

   Challenges N64

   Sondages

   Classement Trophées
Le saviez-vous ?

Le jeu Castlevania devait initialement proposer 4 personnages : Schneider Belmont, Carrie Fernandez, Cornell et Corler. Finalement, Schneider Belmont a été rebaptisé Reinhardt Schneider, Corler et Cornell ont été supprimés.
Test : Jet Force Gemini
Développeur : Rareware - Éditeur : Rare / Nintendo - Sortie : Septembre 1999


Et c’est reparti pour un tour ! Jet Force Gemini a connu de nombreux changements depuis 1997, année officielle du début du projet chez Rare. En juillet 1999, les développeurs ont même modifié l’apparence de nos trois héros principaux. Juno, Vela et Lupus sont en forme et sont prêts à secourir leur galaxie. Mais le jeu en vaut-il la chandelle ?

Une terrrible histoire avec Mizar le pourri.

Dans la galaxie du jeu, la rencontre entre la Jet Force Gemini et les bandits sont très fréquentes ; les premiers arrivent sans trop de difficultés à les éradiquer. Mais grâce à une attaque surprise, Mizar parvient à ses fins, se prônant dictateur de la planète Goldwood, peuplée de Nounouss. Le désastre a déjà commencé, nos 3 héros apprennent tout juste la terrible nouvelle qu’ils sont à leur tour attaqué et contraint de quitter leur vaisseau et de se poser sur Goldwood... Parviendrez-vous à rétablir l’ordre dans ce monde ? C’est ce que vous propose d’emblée ce nouveau jeu Rare.

On découvre dès le premier niveau un jeu magique, qui rappelle même l’univers de Star Wars - le sage Nounouss ressemble beaucoup à Yoda et les maisons de la planète à celle de Tatooine. Jet Force Gemini est très beau, les couleurs pètent à l’écran, cependant cela reste sommaire car on retrouve l’éternel brouillard - on ne voit pas au-delà de 35 mètres, mais cela reste meilleur que bien d’autres softs.

Le jeu profite du son Dolby Surround, comme son confrère Donkey Kong 64, qui sortait à l’époque trois mois après. D’ailleurs les musiques sont très bonnes, rappelant - encore ! - l’univers galactique de Star Wars, notamment celle du S.S. Anubis, culte. Le jeu est ponctué d’omonatopés lors des dialogues, regorgeant toujours d’humour et de... vulgarités également. Mention spéciale pour Mizar qui obtient des titres tous plus marrants les uns que les autres : le pas-beau, le pourri, le gros porc, l’ordure - j’en passe et des meilleurs.

De grosses scènes d'action.

Concernant les environnements, vous verrez du pays : la première mission consiste à libérer les Nounouss sur Goldwood, mais vous ne vous retrouvez qu’avec Juno, il faudra libérer Vela et retrouver votre chien cybernétique Lupus. Par la suite, l’histoire prendra part sur des vaisseaux dans l’espace, sur d’autres planètes parfois volcaniques, parfois aquatiques.
Nos trois protagonistes devront utiliser plusieurs armes spécifiques comme la lance-fouineuse, l’Etoile à Ja-nin, la mitrailleuse ou le pistolet à bastos.

Le jeu peut se présenter comme un simple shoot-em' up ; c'est bien le cas car les 80% du gameplay consistent à tirer sur tous les ennemis, les interrupteurs... mais le reste permet de chercher des clés, des élements qui permettront d'avancer dans le jeu. Il faudra parfois revenir en arrière dans les précédents niveaux pour obtenir un objet jusqu'alors bien caché. Cela peut être rébarbatif, mais les nombreux mouvements différents entre le chien et les deux personnes permettent de diversifier le tout : par exemple Vela sait nager sous l’eau tandis que Lupus peut voler dans un court laps de temps. La maniabilité est plutôt bonne, on aurait pu s'inquiéter vu que de nombreux jeux du genre se sont cassés la figure - la manette ne s'y prêtant pas. On peut citer comme gros point faible la visée manuelle avec la gâchette R, trop sensible et malgré tout pas très précise. Vela et Juno se dirigent mal, et sont lourds à manier. Ce qui est dommage car ces problèmes seront souvent la cause d'une perte de vie dans Jet Force Gemini. Bon point tout de même pour les caméras, judicieusement bien placés.

Multi chaotique ?

Parlons du mode multijoueur qui se révèle dans l'ensemble moyen. Pourquoi donc ? Le problème ne vient pas du contenu, très riche : on retrouve un mode Match à mort, un mode Entraînement au tir et un mode Course. De plus, les niveaux sont construits de manière à ce que chaque personnage soit avantagé par rapport à l'autre : Vela pourra nager dans des conduits, alors que Lupus pourra guetter en hauteur sur tout le niveau. Un gameplay bien pensé qui plaira à tous les joueurs. Mais d'où vient le problème alors ? Eh bien la maniabilité gâche encore le tout. La visée manuelle est trop sensible, ce qui nous oblige à s'arrêter et donc à se mettre à découvert de l'adversaire. Pire, contrairement au mode aventure, la caméra est mal placée dû à l'écran splitté : la vue est trop rapprochée ce qui fait qu'on peut nous canarder à un angle mort, sans possibilité de riposter rapidement - la rigidité du personnage n'aidant pas.

Au final, ce mode multi est bon dans son contenu, mais trop imprécis, il faudra plusieurs minutes d'adaptation pour se faire à un contrôle somme tout médiocre.

Le plaisir dans tout ça ?

Malgré des menus défauts, on prend du plaisir dans Jet Force Gemini. Il est long, varié bien que assez difficile et complexe. Les niveaux sont assez longs et perdre des vies sera légion. Heureusement des checkpoints sont bien placés mais assister au Game Over vous fera recommencer du début. Frustant quand on sait qu'un niveau peut prendre 40 minutes en moyenne. Comme expliqué dans l'introduction du test, le jeu fut ouvertement critiqué tout au long de son développement, obligeant les développeurs à changer le gameplay et le design du jeu. Cette évolution se ressent, et même si le tout est encore imparfait, le jeu reste bon et fun.

Olex, le 4 juin 2009

  Verdict
Graphismes : 16/20

De beaux effets 3D et une belle palette de couleurs pour les graphismes. Le jeu a été beaucoup remanié depuis 1997 et ça se voit. On regrettera l'effet de brouillard assez prononcé mais heureusement peu gênant.

Jouabilité : 12/20

Le gameplay est très varié, chaque personnage a ses propres capacités. Grosse surprise sur la disposition des touches sur la manette N64, ne se prêtant pas spécialement à un shoot'em up à la 3e personne. Cependant le tout est lourd, imprécis et il faudra beaucoup de temps pour y adhérer. C'est un gros point noir, car il entame quelque peu le plaisir du jeu et surtout du mode multijoueur.

Durée de vie : 14/20

Exploration, shoot, exploration, shoot. Vous ne ferez que ça et cela peut être paraître répétitif. Pourtant les scènes d'actions sont suffisamment espacées et différentes pour procurer du plaisir, surtout qu'il faudra une vingtaine d'heures pour en découdre avec Mizar le pas-beau. Le mode multi est là mais la maniabilité gâche tout, par conséquent il devient anecdotique.

Bande son : 19/20

Robin Beanland répond présent et ses compositions sont tout simplement l'une des meilleures des jeux de la console. Je peux mentionner le thème de Mizar ou du S.S. Anubis. Elles se révèlent excellentes, correspondent toujours à l'action en cours et de plus en Surround, fait rare sur la 64 bits. La musique devient carrément un art à part entière dans ce jeu.

Scénario : 14/20

Le scénario reste basique et reprend même des passages de grands films et séries d'action : Star Wars, Star Trek, et même Mission Impossible. Les jeux Rare se ressemblent et ce jeu ne déroge pas à ce critère : il faut sauver le monde d'un vilain méchant dictateur. Mais le tout est riche en rebondissements et c'est pas pour nous déplaire. Original mais pas assez.



Intérêt :


Difficile de classer Jet Force Gemini dans un genre en particulier. C'est peut-être même son principal défaut. ll reste fun, son univers est assez original et crédible. Une grande durée de vie pour le mode Solo et une grande ambiance musicale sont au rendez-vous mais le tout est embourbé par une maniabilité capricieuse. Rare a voulu faire de son jeu un jeu de tir et la manette N64 a dû mal à retranscrire ce genre : la visée est trop sensible, les commandes sont lourdes et lentes, le mode multi plutôt bon est presque raté à cause de cela. Heureusement que l'ambiance rattrape le tout, mais on s'y fait au bout de 2 heures. Je le recommande à condition que dompter les contrôles ne soit pas une gêne pour vous sinon passez votre chemin.

  Commentaires (4)

Magnio : Très bon test, c'est vrai qu'il faut un temps d'adaptation pour les commandes, mais une fois cette petite frustration passée, c'est que du bonheur! La durée de vie en solo est l'une des plus grande de la Console, le côté exploration rendant le jeu encore plus dur et passionnant pour ceux qui aiment... Les autres seront rebutés...

olex : Effectivement, tu résumes en clair tout ce qu'est JFG. Moi-même j'ai eu du mal pour la maniabilité mais je m'y suis fait. Le multi est assez mitigé cependant. En tout cas un bon jeu, mais rempli de menus défauts en somme. Content que mon test t'ait plu.

benlitzler : Tien sa donne envie de tester se jeu! Merci Olex!

KiloW4tt : A propos de la bande son, Rare a mis en téléchargement gratuit la BO sur son site mais le lien est maintenant cassé. . . Heureusement, Internet n'a pas attendu pour se l'approprier ^^ . On peut le retrouver en tapant "Jet Force Gemini OST" sur google. (C'est d'une bien meilleure qualité que les enregistrements sur Youtube)

   Ajouter un Commentaire
Merci de vous identifier...
       Membres

   Identifiant :

  

   Mot de Passe :

     

   Mot de Passe oublié !
Devenir Membre
       Dossiers / Tutos (39)

   Test du Passport Plus III (EMS)

   Installer et configurer un Serveur ...

   Collectionner sur Nintendo 64

   Jouer à vos Roms N64 en Relief (Lun...

   Utiliser et configurer AQZ Netplay ...

   Test du N64 RetroPort (RetroZone)

   Utiliser les Codes Triches avec Pro...

   Guide : Bomberman 64

   Utiliser et configurer l'utilitaire...

   Le Stop'N'Swop
Tous les Dossiers
       Vidéo-Tests (14)

   Mario Tennis

   GoldenEye 007

   Extreme-G XG2

   Extreme-G

   Bio FREAKS

   Diddy Kong Racing

   Quake 64
Tous les Vidéo-Tests
       Tests de Jeu (45)

   GoldenEye 007

   Superman

   Bomberman 64

   Hybrid Heaven

   South Park Rally

   San Francisco Rush 2049

   Conkers Bad Fur Day
Tous les Tests
       Notices Scannées (150)

   Forsaken

   Killer Instinct Gold

   Yoshis Story

   Glover

   Diddy Kong Racing (Operation Card)

   Indiana Jones and the Infernal Mach...

   Bio FREAKS
Toutes les Notices
       Partenaires

   GameTronik.Com

   SyTest.Net
(c) 2001-2017 Emulation64.fr / Emulation64.net